Estelle Nollet est née en 1977 à Bangui (République Centrafricaine) de parents baroudeurs

qui lui ont transmis l’amour du voyage et de la langue française.

Tour à tour conceptrice-rédactrice dans la publicité (en France, en Nouvelle-Zélande et en Australie) et monitrice de plongée (en Egypte, au Mexique et à Bali), son premier roman On ne boit pas les rats-kangourous publié chez Albin Michel en 2009 a été salué par la critique et a obtenu de nombreux prix littéraires.

Depuis 2009, elle a mené de front l'écriture, la plongée, la publicité et les voyages : partie au Mexique et à Bali, elle en revient avec un second roman Le bon, la brute, etc., lui aussi primé et plébiscité par la presse.

Pour écrire son troisième roman, Quand j'étais vivant, elle obtient une bourse du CNL et est en même temps lauréate du programme Mission Stendhal. Ce qui lui permet de passer presque une année en Afrique du Sud et à Madagascar. Elle passe un mois complet dans la réserve Shamwari en Afrique du Sud, immergée auprès des rangers, où elle participe à des patrouilles anti-braconnage, des déplacements de buffles, du monitoring d'éléphants et de rhinocéros menacés, où elle construit des ponts et coupe des acacias pour permettre l'accès aux patrouilles et aide les populations locales des villages alentour. Elle participe ausi à la préservation de la flore endémique et, plus tard, va à la rencontre d'ex-braconniers, toujours dans le but d'écrire son troisième roman, un roman engagé dans lequel elle fait se confondre romanesque et journalisme sur fond de trafic d'ivoire et de beauté sauvage.

 

En 2016 elle est l'enthousiaste lauréate de l'Atelier des Ailleurs qui la fait embarquer à bord du célèbre Marion Dufresne en direction des Terres Australes Françaises, pour 4 mois sur la base de l'île d'Amsterdam, en plein océan austral, aux côtés de scientifiques (ornithologues, biologistes marins, botanistes, chimistes de l'air...) et de militaires. Entre baguage des espèces aviaires endémiques et comptage des colonies d'otaries à fourrure, elle y commence son quatrième roman, Community, tout en s'inspirant aussi de ses années passées en Nouvelle-Zélande. Mêlant ces deux expériences insulaires et communautaires, elle accouche d'un roman du bout du monde et mêle survie humaine et protection de la planète.

  • Facebook Classic

FOLLOW ME

© 2023 by Samanta Jonse. Proudly created with Wix.com